L’homme des foules

Que voit celui qui regarde celui qui ne regarde rien? La courte nouvelle de L’homme des foules d’Edgar Allan Poe est déroutante. On attend impatiemment que la dernière page donne la clé de l’énigme qu’elle nous refuse – j’en étais tout agacé dans mon fauteuil. Fort heureusement, l’étude de Jean-François Mattéi qui suit nous permet de nous élever à la hauteur de l’œuvre pour cerner de quoi il retourne. L’homme des foules, comme Bartleby le scribe de Melville, ne laissera jamais aucun repos au lecteur qui a mordu à l’hameçon. C’est un de ces textes spirale qui n’en finit pas de solliciter notre imaginaire et notre créativité.

///

Sur les pavés l’entorse.

///

Dégénérescence: tous ces accents aigus pour un mot si grave.